Autres jalons événementiels

Pour les émissions du deuxième programme, notre association ne souhaitait pas prendre la charge d'une émission hebdomadaire, comme le faisait la radio catholique, et ceci pour des raisons de disponibilité et de possibilités budgétaires. Toutefois, en 1970, elle se ravise et réclame la possibilité de programmer une émission hebdomadaire sur la deuxième chaîne. Le conseil d'administration de la RTB estime alors, à juste titre, qu'il ne convient pas de saturer une chaîne de divertissement par des programmes de tendance. Les émissions philosophiques et religieuses disparaissent simultanément du deuxième programme de radio.

La Pensée et les Hommes est cofondatrice de la Fondation pour l'Assistance morale laïque (1970).

Célébration du quinzième anniversaire de La Pensée et les Hommes en 1971. Un concert public est organisé à la RTB. Au programme : Mozart, sous la conduite d’Edgard Doneux.

En 1975, La Pensée et les Hommes est, au plan communautaire, reconnue « organisme d'éducation permanente » par le ministre de la Communauté française (Maurice Dehousse).

La revue atteint son maximum d'abonnés (environ quatre mille). Jean-Omer Piron en abandonne la direction, qui est confiée à Jacques Lemaire. À l’intérieur de l’association, un Conseil de rédaction et de programmation est mis en place pour évaluer et inspirer le contenu de la revue et des émissions.

Vingtième anniversaire, célébré en 1976. Nouvelle séance publique à la RTB : l’oratio maçonnique Carmen Secularæ de Philidor est exécuté dans la grande salle de la place Flagey sous la direction d’Edgard Doneux.

Création de l'ASBL Les Amis de La Pensée et les Hommes qui officialise une situation remontant à une quinzaine d'années : le soutien permanent apporté par un groupe de laïques actifs et sympathisants. De 1976 à 1978, cette association d’aides à nos activités est présidée par Georges Chevalier ; André Askenazi lui succéda. Aujourd'hui, la présidence en est assumée par Anne-Marie Geritzen.

À propos de la revue, constitution en 1976 d'un conseil de spécialistes en publicité, pour nous aider à assurer un apport de moyens favorables à l'équilibre financier de la revue.

Au cours de l’année 1979, les associations religieuses demandent la diffusion d'une émission radiophonique à caractère œcuménique, destinée aux malades et aux isolés. Dans un premier temps, les laïques sont exclus de ce type de productions.

Malgré un supplément d'engagement financier de notre part, La Pensée et les Hommes accepte la gestion parallèle d'une émission laïque hebdomadaire de trente minutes : Penser, c'est vivre, diffusée sur la troisième chaîne de la radio.

Le 17 septembre 1979, disparition de Robert Hamaide, président fondateur et président en charge de notre ASBL pendant vingt-quatre ans.

Pour fêter le vingt-cinquième anniversaire, en 1981, est représentée en séance publique à la RTB la pièce d’Euripide Les Troyennes, dans une adaptation de Jean le Paillot (Georges Van Hout) et de Paul Danblon. En 1954, cette œuvre avait également servi à commémorer en le vingtième anniversaire du Jeune Théâtre de l’U.L.B. Pour la même occasion, la régie des Postes édite un timbre commémoratif dont le thème iconographique concerne la chouette athénienne ; on y retrouve aussi une représentation du « flambeau » du CAL.

Après un accord passé avec l’ULB, le siège de l’association est transféré au 105 avenue Buyl, sur le campus de l’Université.

Situation de la laïcité en radio et télévision flamandes

L'autonomie culturelle, affirmée par la Constitution belge et concrétisée par les lois de 1980, allait donner aux émissions flamandes des moyens infiniment plus considérables que ceux dont nous disposons. L’association correspondant à La Pensée et les Hommes est Het Vrije Woord, géré par l’Humanistisch Verbond.

Par une politique de concentration dans l’utilisation des instruments de production, la Belgische Radio Televisie, qui deviendra la Vlaamse Radio Televisie, a sauvegardé un important potentiel de création culturelle ; par ailleurs, alors que la reconnaissance complète de la laïcité et de ses droits à l'antenne n'ait été consacrée que quelque vingt ans après la décision francophone, le conseil d’administration de la BRT prenait la décision la plus équitable qui aurait pu s’imaginer, mais qui n’a jamais été adoptée à la RTB : sur le budget global de la BRT, il est attribué par émission produite une part égale à celle qui serait théoriquement revenue à la BRT.

<< Octobre >>
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
  1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31  

 



2017 - REVUE 105

DE L'INDIGNATION À L'ACTION :
UNE VOLONTÉ HUMANISTE

 



2017 - REVUE 106

AMORETUM.
L'ÉCOSYSTÈME DES AMOUREUX DU BONHEUR

Design by panda - Powered by CMSimple-xh