La Pensée et les Hommes – 011125

011125

Un romancier défenseur de la Belgique 
Raymond TROUSSON et Jacques LEMAIRE

Pendant les premières années du règne de Philippe II vivait à Bruges un vieux gentilhomme flamand, issu d'un sang illustre, et possesseur d'une fortune immense. C'était Jean de Bruges, seigneur de Gruthuysen. Longtemps, il avait signalé sa valeur dans la carrière des armes; et plus d'une fois, dans la guerre d'Allemagne, il avait tiré du péril l'empereur Charles-Quint et son fameux général Ferdinand Alvarès de Tolède, duc d'Albe. Mais quand ses cheveux commencèrent à blanchir, et qu'il eut vu le dernier de ses enfants, Gildolphe de Bruges, mourir sur un champ de bataille de la mort des héros, il déposa son armure, et revint dans sa patrie consacrer ses dernières années à l'éducation de son petit-fils; Louis de Winchestre, seul rejeton de l'antique race des Gruthuysen.

À la même époque, le comte de Waldeghem, brave officier qui avait accompagné de vieillard dans presque toutes ses campagnes, perdit son épouse, et le chagrin qu'il conçut de cette perte le détermina à quitter un pays où tout lui rappelait celle qu'il avait tant aimée. Il prit donc la résolution de faire le voyage d'Espagne et avant de partir il confia à la protection du seigneur de Gruthuyzen sa fille Marguerite, dont la naissance avait coûté la vie à sa mère. Jean de Bruges avait reçu avec joie ce dépôt précieux : les deux enfant furent élevés ensemble, et ils devinrent presque également chers au vieux gentilhomme.

Déjà cependant grondait l'orage qui devait bientôt éclater sur les Pays-Bas. L'hérésie de Luther et de Calvin faisait des progrès rapides, tandis que le roi Philippe empiétait chaque jour sur les droits de la nation et préparait de longue main l'établissement de l'Inquisition et du pouvoir absolu. Fidèle à l'exemple de ses aïeux, le seigneur de Gruthuyzen resta également attaché à la foi catholique et aux privilèges de la Flandre : il inspira aux enfants qu'il avait voulu élever lui-même une piété douce et bienveillante, un patriotisme sans exagération; et ses leçons fortifiées par ses exemples firent germer toutes les vertus dans leurs jeunes cœurs.

Informations sur l'ouvrage présenté :

Auteur : Henri MOKE
Titre : Les gueux de mer
Maison d'édition : Académie de langue et de littérature françaises
Année : 2001
ISBN : 2-8032-0042-2
Lien : https://www.arllfb.be/publications/romans/gueuxdemer.html



<< Novembre >>
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
  1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30  

 


2020 - REVUE 117

MIGRATION,
UNE APPROCHE HUMANISTE

117

 


2020 - REVUE 118

HOMO FABER 
ET L'AVENIR DU TRAVAIL

 

Design by panda - Powered by CMSimple-xh